Aller au contenu principal

Vous êtes ici

2013
création mondiale

Fables asséchées

Pour ensemble
Effectif détaillé
flûte, clarinette, cor, trompette, trombone, piano, harpe, percussions, violon, contrebasse
Durée
16 min
Commanditaire

Grame / Centre National de Création Musicale

Date de création
23 Janvier 2014 - Festival Ultraschall - Berlin - Allemagne
Direction, Pierre-André Valade

" Fables asséchées est une pièce pour ensemble de dix musiciens et électronique qui sʼinscrit dans une réflexion sur le réseau aujourdʼhui. Dans nos sociétés mondialisées, où les informations circulent en abolissant certaines frontières spatiales et temporelles, je mʼintéresse beaucoup aux liens et autres connections possibles ou improbables entre des éléments hétérogènes. Le projet consiste donc à lʼécriture dʼune pièce basée sur lʼélaboration dʼun réseau dʼobjets musicaux de natures extrêmement différentes, incluant sons concrets, O.E.M. (objets esthétiquement modifiés provenant de musiques rock, classique, baroque, de troubadours, etc.), ainsi que des objets «hybrides».
Ces derniers font lʼobjet dʼun travail électronique particulier, qui sera généré en temps réel durant lʼexécution de lʼœuvre O il sʼagit, par exemple dʼassocier un son vocal préenregistré au geste instrumental du violon. Deux autres instruments font lʼobjet de traitements. La clarinette devient ainsi un «instrument augmenté», qui se voit associer souffles, sifflements et bisbigliando dʼune harpe virtuelle ! Le traitement du Trombone consiste en lʼélaboration dʼune synthèse concaténative en temps réel, à partir des enregistrements sources des O.E.M.
Au niveau métaphorique, Fables asséchées sʼinspire du roman La cristallisation secrète de Yoko Ogawa. Dans ce roman, la narratrice vit sur une île étrange, coupée du monde, dans laquelle les objets disparaissent progressivement, physiquement puis mentalement de la mémoire des habitants. Cela commence par la disparition des oiseaux, puis des romans, puis des mots et plus encore... Ainsi, la déstructuration progressive du réseau est au centre du projet musical, avec, par exemple, une utilisation des O.E.M. évoluant de la citation référencée (notamment avec le traitement électronique du trombone) à sa déformation complète.
Formellement composée de sept petits mouvements séparés par des «marées électroniques», Fables asséchées repose en partie sur le principe structurel de ma pièce Flaques de miettes (2008), où chaque mouvement débute sur la fin du précédent en le poursuivant dans une direction différente comme autant de tentatives unificatrices fuyantes vouées à leurs propres disparitions. "
Aurélien Dumont