Aller au contenu principal

Vous êtes ici

2014
création mondiale

Meeting with God at the North Pole

Pour ensemble
Effectif détaillé
flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, harpe, piano, percussions, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse
Durée
18 min
Date de création
8 Avril 2014 - La Rampe - Échirolles - France
Direction, Pierre-André Valade

"Un homme marche seul dans l'immensité du grand Nord, il va y croiser deux femmes inuits et un chasseur Sami.

Ils se mettent à chanter et réveillent dieu un court instant.

L'homme repart dans sa solitude blanche transformé par cette révélation.

On pourrait se suffire de cette proposition à l'allure poétique, mais pour aider l'écoute, la pièce est découpée en trois parties distinctes :

La première partie est la transcription instrumentale d'une complainte d'une voix d'homme (celle du compositeur) dans le registre grave. Deux oiseaux l'accompagnent, une chouette Laponne (clarinette basse, alto) ainsi qu'un chant d'oiseau dans le registre aigu (flûte, violon, harpe, glockenspiel). C'est le décor. Ici, il s'agit d'attendre et de respirer. Le mystère, la lenteur, la douleur et la solitude sont latents. 

La seconde partie est une transe dans laquelle sont superposés des chants de gorges inuits, un joïk (folklore Sami, Nord de la Finlande) duquel sont déduis des petits modules répétitifs (déphasages de petites cellules mélodiques). Un choral de Bach compressé comme une sculpture de César va apparaître un peu comme une révélation. (Petite harmonie : flûte, hautbois, clarinette, basson)

Dans la troisième partie nous retrouvons le même matériau que dans la première. La musicologie nomme cela forme en arche. Mais cette fois-ci, les oiseaux s'étirent progressivement temporellement. La voix se situe  dans le registre médium, elle a perdu sa gravité et avec un peu de magie et d'imagination elle devient oiseau."

Sébastien Gaxie, mars 2014